Les cautionnements au Canada

Temps de lecture : 4 minutes

Les cautionnements sont un produit important pour les entreprises canadiennes et leur utilisation évolue à mesure que changent les exigences de protection concernant certains projets. Nous avons rencontré Iqdal Binder, vice-président principal, Northbridge Cautionnement, pour discuter de la situation actuelle entourant les cautionnements au Canada et de ce qu’elle implique pour les professionnels des différents secteurs.

Q : Quelle est la taille actuelle du marché canadien du cautionnement?

R : C’est un marché relativement petit. À l’échelle du pays, nous générons chaque année entre 600 et 650 millions de dollars de primes. Or, dernièrement, le marché connaît beaucoup de turbulence et d’activités liées aux sinistres. En fait, le marché canadien du cautionnement vient d’enregistrer ses pires résultats quant au ratio des sinistres sur les primes.

Q : Comment le marché du cautionnement a-t-il évolué au cours des dernières années?

R : Une des grandes préoccupations est l’augmentation des manquements des entrepreneurs à leurs obligations. On constate une hausse des réclamations dans l’ouest du Canada, et les petits entrepreneurs sont particulièrement vulnérables. On remarque aussi une tendance à regrouper plusieurs petits contrats sous un même contrat, ce qui entraîne des contrats de plus grande envergure qu’auparavant. Par conséquent, les petits entrepreneurs peinent parfois à honorer les obligations qui accompagnent ces plus gros projets.

Étant donné les faibles dépenses dans les infrastructures à tous les paliers de gouvernement, la quantité de travail est limitée pour les entrepreneurs en ce moment. Par conséquent, la concurrence pour les grands projets est forte partout au Canada.

Q : À quoi ressemble le marché du cautionnement en 2019?

R : Nous assistons actuellement à un assouplissement des normes de souscription, ce qui permet à d’autres joueurs d’entrer dans le marché. Le contexte est donc très concurrentiel; en fait, le marché du cautionnement n’a jamais été aussi concurrentiel depuis que je suis dans le domaine.

Malheureusement, la situation actuelle n’entraîne pas une croissance favorable des affaires. Les libellés de cautionnement sont plus complexes, tandis que l’envergure et la durée des contrats ne cessent d’augmenter : la durée moyenne de contrats est passée de deux ou trois ans, à cinq ans ou plus. Si les contrats sont plus longs, cela veut dire que la durée pendant laquelle des problèmes peuvent survenir s’allonge, et donc que les risques augmentent.

De nos jours, le marché du cautionnement au Canada fonctionne un peu comme une porte tournante : malgré les mauvais résultats obtenus récemment, de nouveaux fournisseurs de cautionnements continuent d’entrer sur le marché, et d’importants joueurs s’en retirent. Indéniablement, il s’agit d’un milieu où il est n’est pas facile de faire des profits. D’ailleurs, certains géants de la finance le constatent souvent à leurs dépens.

Q : Quelles sont les perspectives dans le marché du cautionnement? Quels seront les tendances influentes et les moteurs de croissance dans le secteur?

R : Le secteur éprouve encore de la turbulence, et le nombre d’entrepreneurs qui manquent à leurs obligations dans l’ouest du Canada est préoccupant. Le prix du pétrole a une incidence directe sur l’économie des provinces; actuellement, l’Alberta et le Manitoba en ressentent les effets. En gros, les sociétés de cautionnement se préoccupent dorénavant davantage de leur rentabilité que de leur croissance.

Toutefois, étant donné que le marché se resserre et que certains joueurs quittent le monde du cautionnement, j’aurais tendance à dire que les choses vont s’améliorer. L’Association canadienne de caution a récemment contribué à l’adoption d’un projet de loi exigeant une augmentation des cautionnements pour les contrats publics, ce qui permettra d’harmoniser la réglementation dans certaines parties du Canada avec les exigences en vigueur aux États-Unis.

L’assurance contre les manquements des sous-traitants (default insurance des sous-traitants), qui peut remplacer un cautionnement dans certains cas, est un produit qui concurrence les cautionnements depuis longtemps. Or, même ce marché subit des pertes dernièrement, ce qui est de bon augure pour le secteur du cautionnement. En effet, plus d’entrepreneurs pourraient opter pour des cautionnements au lieu d’une assurance contre les manquements des sous‑traitants.

Q : Pouvez-vous recommander des ressources à ceux qui souhaitent en savoir plus?

R : Vous pouvez consulter les ressources en ligne de Northbridge sur le cautionnement ainsi que le site de l’Association canadienne de caution, qui est un excellent endroit où trouver de l’information sur des produits de cautionnement précis et sur les actualités dans ce secteur. Tout entrepreneur devrait se tenir informé des changements dans les règles et la réglementation qui pourraient toucher son travail. En ayant des experts de votre côté, vous tenir au courant sera beaucoup plus facile.