La dure réalité du vol d’équipement de construction, et des moyens de le prévenir

Temps de lecture : 7 minutes

La construction au Canada connaît actuellement un élan de productivité, portée par une hausse des projets et des chantiers de construction qui promettent de revitaliser de nombreuses économies locales.  Cependant, le revers de la médaille révèle ce risque toujours présent qui menace les entreprises de construction en plein essor : plus les entreprises grandissent et plus leurs projets avancent, plus elles sont des proies appétissantes pour les voleurs.

La croissance dans la construction éveille la cupidité des criminels

Pour les propriétaires d’entreprise, la sécurité sur les chantiers est une priorité; et si ce n’est pas le cas, ce devrait l’être. Chez nos voisins du sud, de 300 millions à 1 milliard de dollars en équipement de construction est volé chaque année, et les données ne sont guère plus reluisantes chez nous. Une entreprise de construction située à London, en Ontario, a déjà subi quatre cambriolages cette année, ce qui vient mettre en lumière un grave problème que connaît cette ville en plein développement (on y note environ 60 incidents sur les chantiers de construction en 2016 seulement).¹

S’ils sont encombrants, les outils et la machinerie lourde sont étonnamment faciles à voler, à cacher et à déplacer. En effet, on estime que moins de 25 % de l’équipement de construction volé chaque année est retrouvé.2 Comme on retrouve très rarement ce genre matériel, un vol dans votre entreprise de construction peut entraîner des pertes importantes et réduire vos profits.

Des risques sous toutes les formes

Si certains vols importants d’équipement sont commis par des bandes locales de voleurs, d’autres relèvent du crime organisé. On a d’ailleurs retrouvé de l’équipement volé au Canada à l’autre bout du monde. En fait, l’équipement de construction attire toutes sortes de criminels qui usent de méthodes multiples pour vous dérober votre équipement.

Un chantier aux nombreux visages

Les constructeurs s’associent souvent à des sous-traitants, ce qui rend l’identification des intrus plus difficile. Même si vous avez une bonne mémoire des visages et que vous faites de grands efforts pour accueillir personnellement tout le monde tous les jours, gérer un chantier de construction comporte son lot de distractions. Si vous n’êtes pas sur le chantier, vous devez espérer que les autres seront aussi vigilants que vous, et c’est beaucoup leur demander.

Les barrières ne sont pas des garanties

Les barrières et les clôtures peuvent sembler bien solides, mais elles n’offrent pas toujours la protection souhaitée. Il en va de même pour la machinerie lourde, comme l’a malheureusement découvert un entrepreneur général. En effet, pour bloquer l’accès à ses précieux outils, il avait garé une grosse machine devant sa remorque. Or, durant la nuit, des voleurs ont utilisé une autre machine pour dégager l’accès à la remorque. La leçon à retenir est que « lourd » et « robuste » ne veulent pas dire « sécuritaires ».

Le coût de l’équipement n’est que le début

Le vol de machines, d’accessoires et d’outils coûteux peut entraîner des frais importants pour votre entreprise, et les choses peuvent empirer au fil des jours et des semaines. Après tout, sans les outils nécessaires, vous ne pouvez pas faire les travaux, et les retards que cela entraîne pourraient mettre un frein définitif aux rentrées de fonds. Vous pourriez même perdre le contrat. Votre entreprise survivrait-elle à un coup pareil?

Des conseils pour vous aider à protéger vos outils et votre équipement de construction

Les protocoles de sécurité doivent être respectés dans toute l’entreprise, par tous les employés, à tous les échelons, et doivent faire partie intégrante des activités quotidiennes. Vous pourriez commencer par une vérification en profondeur des antécédents criminels de tout le personnel, puis penser à des mesures préventives judicieuses qui vous aideraient à prévenir le vol en tout temps.

Ayez des dossiers à jour. Un inventaire à jour et des dossiers bien documentés joueront un rôle important dans votre plan de prévention du vol. Assurez-vous de noter les renseignements importants suivants au sujet de vos outils et de votre matériel :

  • Numéro de série
  • Marque et modèle
  • Année de fabrication
  • Date de l’achat (et la valeur au moment de l’achat)
  • Les marques, logos et autres détails qui pourraient aider à l’identification

De plus, prendre des photos est toujours une bonne idée. Des photos de chaque article, ainsi qu’une description détaillée peuvent augmenter les chances que l’équipement soit repéré et récupéré s’il est volé.

Il est également important de prévoir des mesures physiques pour contrôler l’accès à votre chantier. Toutefois, avant d’investir dans un système complet à la fine pointe de la technologie, prenez le temps de bien évaluer les besoins réels de votre entreprise.

Une protection contre le vol personnalisée : l’approche multidimensionnelle

Dans tout plan de prévention du vol, l’équilibre entre le niveau de protection et l’utilisation réfléchie des ressources est essentiel. Par exemple, une petite entreprise aménagée dans un site intérieur n’a probablement pas les mêmes besoins en sécurité qu’un grand chantier sur lequel beaucoup de machinerie est utilisée.

Une des façons d’élaborer un programme de prévention du vol pour votre entreprise de construction ou de sous-traitance consiste à prévoir différents niveaux de sécurité en fonction de vos besoins. Le premier niveau de sécurité comporte des mesures généralement peu coûteuses, mais efficaces pour améliorer la sécurité de base de votre entreprise. En voici quelques exemples :

  • Verrouillage des portes
  • Rangement des clés
  • Stationnement des machines à la vue dans un endroit bien éclairé
  • Verrouillage de pièces d’équipement ensemble
  • Entreposage du matériel dans un endroit dont l’accès est contrôlé
  • Verrouillage de la zone du compartiment moteur

Le second niveau de sécurité concerne des pièces d’équipement et des outils précis, et utilise une forme de protection reposant sur la technologie. Voici quelques mesures de sécurité de second niveau :

  • Dispositifs d’avertissement visibles ou audibles qui peuvent servir d’instrument dissuasif, y compris les alarmes
  • Colliers de colonnes de direction
  • Verrouillages pour roue directrice et pédale de frein
  • Verrouillages pour chenilles, cylindres, bouchons d’avitaillement, roues, attaches, broches
  • Sabots de Denver
  • Systèmes de verrouillage hydraulique
  • Dais et verre feuilleté
  • Dégonfle-pneus
  • Gravure du NIV ou du N° d’identification sur les fenêtres ou les pièces (technologie micropoint)

Le troisième niveau de protection contre le vol peut être pertinent pour les entreprises qui possèdent et utilisent de grands parcs de véhicules et de machines qui sont souvent déplacés. Voici quelques mesures de sécurité de troisième niveau :

  • Dispositifs antidémarrage
  • Clés intelligentes ou systèmes de clés électroniques (par exemple, le système de sécurité machine de Caterpillar)
  • Systèmes de code de contrôle d’accès de la cabine
  • Coupe-circuits à fusible ou coupe-circuits
  • Antidémarreurs et commutateurs de neutralisation de carburant pour éviter le démarrage trafiqué

Le quatrième et dernier niveau de sécurité repose sur des systèmes antivol de pointe pour la surveillance et le contrôle de l’équipement de valeur, notamment :

  • Systèmes de repérage GPS
  • Systèmes de géorepérage
  • Éclairage par détecteur de mouvement et caméras de surveillance qui couvrent la zone d’entreposage

Dans le cas d’un vol d’équipement en location, vous pourriez avoir tort de présumer que le locateur absorbera la perte en totalité. Vous devez bien comprendre les limites de votre assurance et vous souvenir qu’il est dans votre intérêt de faire l’impossible pour prévenir les vols avant tout. Enfin, songez à offrir de la formation spécialisée à tout le personnel pour aider à assurer la sécurité des lieux de votre entreprise.

¹ De plus en plus de vols sur les chantiers de construction à London, Radio-Canada. Août 2017.

² The LoJack Corporation Study on Construction Equipment Theft, 2016. p.3