Les cyberrisques en 2016 et dans les années à venir

Temps de lecture : 4 minutes

La détection des cyberrisques et la compréhension de la cybersécurité sont des préoccupations de premier ordre pour les assureurs, car ces risques évoluent constamment. Au cours des dernières années, c’étaient les grandes sociétés et les organismes gouvernementaux qui faisaient la manchette pour avoir été victimes d’atteintes à la sécurité, de vols de données et de piratages informatiques. Or, pendant ce temps, les risques augmentaient auprès des particuliers et des petites entreprises. À partir de 2016, on prévoit que de nouveaux produits et de nouvelles technologies donneront lieu à de nouveaux cyberrisques.

Voitures connectées

À l’heure actuelle, les voitures sont déjà branchées sur nos vies numériques. Tous les jours, les conducteurs connectent leur téléphone cellulaire ou leur tablette électronique à leur voiture grâce à la technologie Bluetooth pour utiliser des applications de navigation, d’analyse de la circulation, de communication en main libre et de synchronisation d’appareils. De plus, certains modèles de voitures les plus récents offrent une connexion Internet exclusive entièrement intégrée au système informatique de la voiture. En plus d’avoir accès aux données personnelles contenues dans nos téléphones cellulaires, les voitures peuvent se brancher à de nombreux autres appareils grâce à des ports USB, à la technologie Bluetooth et à des systèmes de télématique.

À mesure que les voitures connectées se transformeront en des ordinateurs de plus en plus évolués, elles deviendront des sources précieuses de données sur leurs propriétaires, ce qui signifie que votre voiture s’ajoute à liste des cibles des cybercriminels. Selon une étude prédictive des menaces pour 2016 réalisée par McAfee Labs, les voitures connectées comportent plus de 12 points d’entrée potentiels. Il est donc essentiel d’en assurer la cybersécurité.

Accessoires intelligents

Les accessoires intelligents ont connu un certain succès en 2015, plus particulièrement les montres intelligentes, les lunettes connectées et les moniteurs personnels d’activité physique. Comme la plupart de ces appareils sont conçus pour se synchroniser avec votre téléphone intelligent, ils contiennent également une tonne de données. Contrairement aux ordinateurs et aux téléphones intelligents, ces appareils ne sont pas encore dotés de composants de sécurité, ce qui les rend vulnérables aux attaques et en fait un point d’accès idéal pour les cybercriminels.

Dans le pire des cas, s’ils parvenaient à pirater votre accessoire intelligent, les cybercriminels pourraient réussir à se connecter à votre téléphone, à votre ordinateur portable ou à votre voiture. Même si elle ne communique avec aucun autre appareil, votre montre intelligente peut renfermer suffisamment de données personnelles pour faire de vous une cible propice aux tentatives de harponnage (une forme de hameçonnage beaucoup plus ciblée).

L’Internet des objets

De nos jours, les gens s’attendent à ce que leur voiture, leur montre et leurs lunettes soient des objets connectés. Avec le temps, ils auront les mêmes attentes à l’égard d’autres produits de consommation. Il est donc raisonnable d’imaginer dans un avenir rapproché une maison intelligente où presque tout est connecté, des électroménagers aux installations de services publics en passant par les systèmes de divertissement et les serrures.

Dans les maisons connectées, les points d’accès se multiplieront. Par conséquent, les réseaux à domicile seront aussi sécuritaires que le plus vulnérable des appareils qui les composent. Le risque qu’un pirate informatique s’infiltre par un de vos appareils et qu’il réussisse à se connecter à d’autres appareils sur le réseau est un risque grave.

Toutes ces technologies et ces nouveaux produits nous faciliteront la vie, mais nous ne devons pas oublier que ces possibilités feront également grimper les cyberrisques.

Articles connexes :