Comment préparer votre bâtiment et son toit pour l’hiver

Temps de lecture : 6 minutes

Comme les hivers canadiens sont imprévisibles, il est essentiel de bien entretenir votre bâtiment pour éviter que le froid s’infiltre comme un intrus dans votre bâtiment durant la saison froide.

Comment préparer votre bâtiment pour l’hiver

Pour ne rien manquer, l’idéal est de faire des vérifications régulières de l’état de votre bâtiment avant, pendant et après l’hiver. Voici des signes de problèmes courants à surveiller :

• Fissures sur les murs intérieurs ou extérieurs
• Déformation des revêtements intérieurs ou extérieurs
• Portes qui se coincent ou qui se frottent
• Craquements inhabituels qui se font entendre
• Plafonds qui se déforment
• Tout autre dommage physique visible
Votre bâtiment comprend également un élément important auquel vous ne pensez peut-être pas aussi souvent : le toit.

Préparer votre toit pour l’hiver

Le toit de votre bâtiment pourrait être à risque de subir des dommages causés par une importante accumulation de neige. Il faut donc prendre bien soin de protéger l’intégrité de sa structure. Une bonne mesure de prévention serait d’inspecter votre toit deux fois par an ou plus : à l’automne et au printemps. Les toits ne sont pas tous identiques. Ci-dessous, nous vous présentons les principaux types de couvertures et les points à surveiller :

  • Les couvertures multicouches: elles sont formées d’un empilage successif de couches de toile renforcée et de bitume (asphalte), qu’on recouvre ensuite d’une couche finale de granulat, comme de la pierre ou du gravier. Si ces couvertures sont mal installées, il peut se former des cloques d’air ou d’eau piégées entre les couches. Un trou causé par une cloque éclatée augmente les risques d’infiltration d’eau.
  • Les couvertures en bitume modifié: option durable pour les toits plats, elles sont constituées d’une membrane de base et d’une membrane de finition avec granules colorés en surface, qui remplacent le gravier des membranes d’asphalte multicouche. Encore une fois, une couverture mal installée peut être cause d’infiltration et de vieillissement prématuré.
  • Les couvertures à membrane monocouche de type terpolymère éthylène-propylène-diène (EPDM) et polyoléfine thermoplastique (TPO): elles sont composées de feuilles souples de polymère synthétique qui se divise en deux grandes familles : le thermoplastique et le caoutchouc synthétique. Les toitures d’EPDM sont sujettes aux contractions et expansions thermiques. Il faut porter une attention au périmètre et aux solins, là où la membrane peut se défaire de ses attaches.
  • Les couvertures en bardeaux: elles sont composées de tuiles plates ou courbées qui s’emboîtent ou se superposent de façon à aider l’eau à s’écouler des toits en pente. Les couvertures en bardeaux sont conçues pour les toits inclinés. Leur durée de vie varie selon de nombreux facteurs, notamment le type et la qualité de matériaux utilisés et les conditions climatiques auxquelles ils sont exposés.

Comment bien déneiger votre toiture

Il est important d’éviter que la neige s’accumule en trop grande quantité sur votre toit : le déneigement et le déglaçage d’une toiture sont recommandés avant que les accumulations excèdent 20 cm (8 po) d’épaisseur. Pour éviter d’endommager votre toit pendant le déneigement, gardez ces quelques conseils en tête:

  • Utilisez des pelles de bois ou de plastique et arrête-vous à au moins 10 cm (4 po) au-dessus de la surface finie de la couverture.
  • Évitez les outils pointus ou tranchants (hache ou pics). Utilisez des maillets en caoutchouc pour briser la glace.
  • Évitez l’utilisation de chaleur excessive (ex. : un chalumeau) qui pourrait endommager la couverture.
  • Faites preuve de prudence si vous utilisez du sel de déglaçage, car la corrosion de composantes métalliques du toit pourrait être accélérée.
  • Assurez-vous d’avoir une bonne évacuation des eaux.

Pour garder le fil de vos activités de déneigement, téléchargez notre registre de déneigement. Selon l’âge et l’état de votre bâtiment, songez à demander à un ingénieur de structures de vérifier si votre toit peut résister au stress causé par l’accumulation de neige. Une surcharge de neige peut non seulement abîmer la structure, mais aussi entraîner la formation de barrières de glace, qui peuvent endommager le système de drainage du toit et ainsi faire augmenter les risques de dégâts d’eau à la structure porteuse et au bâtiment.

Déneiger ou ne pas déneiger; telle est la question

Vous pouvez choisir de déneiger votre toit vous-même si vous avez l’équipement nécessaire. Or, sachez que vous vous exposez aux importants risques associés à cette tâche, comme les risques de blessures et de dommages matériels au toit. Si toutefois vous n’êtes pas certain de vouloir déneiger votre toit vous-même, vous devriez songer à engager un entrepreneur pour faire le travail.

Si vous optez pour cette avenue, assurez-vous d’établir un contrat écrit ou une convention de service qui définit précisément le travail à effectuer ainsi que les rôles et responsabilités de chaque partie. Veillez également à obtenir une attestation d’assurance de l’entrepreneur et demandez à votre courtier de vérifier si l’entrepreneur est convenablement assuré.

En cas d’accident, le plaignant (ou un témoin des événements) doit remplir un rapport d’incident. Des exemplaires du formulaire de rapport doivent donc être conservés sur place. Le rapport doit inclure les coordonnées de l’individu, la date à laquelle il a été rempli, la signature d’un gestionnaire ou d’un employé a été témoin de l’incident, ainsi que les détails pertinents de l’incident, dont les réponses aux questions « quoi? », « où? » et « quand? ».

Si possible, il est également conseillé de prendre des photos datées des conditions des lieux de l’incident et de noter le type de chaussures que portait la victime.

Votre toit est-il couvert comme vous l’aimeriez?

Évitez que la neige soit la seule chose qui couvre votre toit. Consultez notre outil d’évaluation de la toiture pour en évaluer l’état.