Préparez votre entreprise à une deuxième vague potentielle

Temps de lecture : 10 minutes

Étant donné l’historique des maladies infectieuses, bon nombre de docteurs, d’épidémiologistes et d’autres experts pensent que le Canada sera frappé par une deuxième vague de COVID-19. Si nous ne savons pas exactement à quoi cette vague ressemblera, ce que nous savons, en revanche, c’est qu’elle sera annoncée par une hausse continue du nombre de cas.

À l’automne, lorsque les écoles et davantage de bureaux rouvriront et que les températures chuteront – faisant en sorte que les gens seront plus souvent à l’intérieur –, le virus pourrait connaître une résurgence. Et bon nombre d’entreprises durement touchées par le confinement craignent de ne pas survivre à un deuxième confinement. Il est donc primordial de se préparer dès maintenant pour être en mesure de surmonter de nouvelles restrictions ou un deuxième confinement.

Plusieurs ressources peuvent vous aider à évaluer votre situation actuelle et à anticiper. La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), par exemple, a mis sur pied un Centre d’aide aux PME qui répond aux questions sur la continuité des affaires, l’aide financière et les ressources humaines dans le contexte de la COVID-19.

De son côté, la Chambre de commerce du Canada a lancé le Réseau de résilience des entreprises canadiennes, qui offre des conseils, des boîtes à outils et une liste de tous les programmes fédéraux et provinciaux ainsi que des autres programmes d’aide financière. La Banque de développement du Canada (BDC) a également plusieurs ressources sur la COVID‑19, comme des blogues et des webinaires contenant des conseils pour vous aider à maintenir votre entreprise à flot en cas de deuxième vague.

Évaluez votre réponse à la première vague

Vous pouvez tirer des leçons de la façon dont vous avez réagi à la première vague. Parlez à vos employés, à vos partenaires et à vos fournisseurs pour savoir ce qui a fonctionné et ce que vous devriez améliorer. EY Canada (anciennement Ernst & Young) conseille aux entreprises de réévaluer leur plan de continuité des activités : « En cas de défaillance, les entreprises voudront en déterminer les causes fondamentales et cerner les problèmes relatifs au calendrier d’intervention, au manque d’infrastructures, aux pénuries de main-d’œuvre ou au contexte externe. »

Les petites entreprises pourraient ne pas avoir de plan de continuité des activités. Il est dès lors important qu’elles prennent le temps de comprendre ce qui a causé les problèmes ou les goulots d’étranglement rencontrés pendant le pic de la première vague et de voir ce qui leur aurait permis de se remettre plus rapidement sur pied. Elles devraient ainsi évaluer la fiabilité de leurs fournisseurs, leur capacité d’entreposage des stocks, la disponibilité de personnel compétent et leur capacité à faire prendre un virage numérique à leurs activités. La résilience des modèles d’affaires aura une grande incidence sur la capacité des entreprises à traverser les prochaines vagues.

Avez-vous eu des problèmes de stocks ou d’effectif? De l’équipement de protection individuelle (EPI) en suffisance? Avez-vous pu réorienter vos activités pour continuer à produire des revenus? Une fois que vous aurez examiné comment vous avez répondu à la première vague, établissez de nouvelles politiques et procédures qui appuient ce qui a fonctionné et qui corrigent ce qui n’a pas été. Tenez-vous également informé des dernières règles et meilleures pratiques pour prévenir la COVID-19 en milieu de travail.

Concentrez-vous sur la sécurité des employés et la communication

Sans vos employés, vous n’êtes rien. Leur sécurité et leur bien-être devraient donc être vos priorités absolues. Comme on peut le lire dans l’article sur le plan de continuité des activités liées à la COVID‑19 d’EY : « Les gens se tournent vers leur employeur, les collectivités et les dirigeants du gouvernement pour obtenir des informations. Le fait de répondre à leurs préoccupations en faisant preuve d’ouverture et de transparence peut grandement contribuer à stimuler leur engagement. »

Pour assurer la sécurité de vos employés et de vos clients, vous devez veiller à suivre toutes les directives fédérales, provinciales et municipales. En outre, vous devriez évaluer vos risques organisationnels; certaines entreprises, comme les restaurants et les commerces de détail, sont en effet plus exposées que d’autres. Appliquez aussi les leçons que vous avez tirées de la première vague pour être mieux préparés à l’avenir.

Faites le plein d’articles de base

Même si vous achetez présentement de l’EPI, du désinfectant pour les mains et du matériel de nettoyage pour satisfaire aux exigences actuelles, vous ne voudriez pas être démunis si le nombre de cas venait à remonter et qu’un nouveau confinement était imposé. Commencez dès maintenant à acheter des articles de base ou à chercher des fournisseurs de confiance pour anticiper l’explosion de la demande que pourrait provoquer une deuxième vague de COVID‑19. Vous pourriez en effet avoir besoin de réserves si vous décidez d’offrir des services de ramassage ou de collecte en bordure de trottoir pendant un nouveau confinement.

Mettez de l’ordre dans vos finances

« Les entreprises doivent aborder les choses en se rappelant que les subventions prendront fin un jour et se dire que des revenus perdus le sont à tout jamais. Autrement dit, il ne faut pas compter sur des revenus hypothétiques », explique le conseiller en affaires Eitan Dehtiar dans un article de CPA Canada.

Sachant cela, les entreprises devraient tâcher d’avoir un coussin financier. Mais Eitan Dehtiar indique que beaucoup de petites entreprises n’en ont pas, en particulier après les pertes de revenus des derniers mois. Il suggère donc de dresser « un plan global de réduction des coûts, en s’efforçant de transformer le plus de coûts fixes possible en coûts variables, pour s’adapter en réduisant les sorties de fonds. »

Pour sa part, EY conseille aux entreprises d’évaluer leurs liquidités à court terme et de surveiller attentivement leurs flux de trésorerie pour anticiper tout manque à gagner potentiel, ainsi que de mieux contrôler le recouvrement de leurs créances et de gérer l’accumulation de leurs stocks. Quant au cabinet de consultation Deloitte, il recommande de mettre l’accent sur la gestion des stocks, d’envisager des sources de revenus différentes ou non traditionnelles, de reporter les sommes à verser, de manière intelligente, et d’envisager d’autres options de financement de la chaîne d’approvisionnement.

Envisagez de changer de modèle d’affaires

Dans le cadre du sixième sondage éclair des chefs de la direction financière organisé par PwC en juin aux États‑Unis, les répondants ont indiqué que le retour au niveau de revenus pré-COVID-19 dépendra de la capacité des entreprises à s’adapter et à faire preuve d’agilité dans ce nouveau contexte. Parmi eux, 63 % s’attendent à ce que les entreprises doivent avant tout faire évoluer leurs produits ou leurs services pour récupérer ou bonifier leurs revenus.

Selon BDC, trop de PME se spécialisent dans un seul produit, service ou marché, ce qui représente une immense pression, en particulier durant une pandémie. Songez à explorer d’autres marchés ou de nouveaux produits ou services dont vos clients actuels pourraient avoir besoin. Ainsi, pendant la première vague de la pandémie, des créateurs de mode ont commencé à confectionner des masques, et des distilleries se sont mises à produire du désinfectant pour les mains.

BDC suggère également de veiller à la résilience de sa chaîne d’approvisionnement. « Depuis des décennies, par souci de rentabilité, on s’approvisionne et on impartit nos activités dans des pays lointains », indique Leon Van Der Poel, conseiller d’affaires principal à BDC Services‑conseils, dans un article de blogue. « Or, on s’est aperçu récemment que le fait d’avoir une chaîne d’approvisionnement plus régionale présentait des avantages pour la continuité des affaires. »

Renforcez votre présence en ligne

Entre février et mai, les ventes au détail totales ont reculé de 17,9 % au Canada, tandis que les ventes au détail du commerce électronique ont grimpé de 99,3 %. Les différentes mesures de quarantaine et de confinement imposées au début de la pandémie ont décuplé les activités en ligne des consommateurs.

À la lumière de ces chiffres, votre entreprise devrait être prête à renforcer sa présence en ligne en cas de deuxième vague. Même si vous avez sans doute déjà un site Web, vous pourriez devoir développer une plateforme de commerce électronique pour offrir vos produits et vos services en ligne (selon la nature de vos activités).

Sur le site Startup Nation, on peut lire que plusieurs fournisseurs de services, comme Shopify, Wix et Squarespace, offrent de l’aide pour se lancer en commerce électronique à un coût raisonnable. Toujours selon ce site, il pourrait être payant de peaufiner son image de marque, de bien organiser son service d’expédition et de planifier ses activités de marketing, en passant notamment par le référencement payant.

BDC dispose de plusieurs ressources pouvant vous aider à vous lancer en ligne et à prendre le virage du commerce électronique. En outre, vous pourriez passer au numérique dans d’autres domaines. En effet, nombreuses sont les PME qui ont encore des processus manuels sur papier. « Ces processus ne tiennent pas lorsque les gens sont dans des espaces physiques différents, et ils n’évoluent pas non plus, ce qui limite le potentiel de croissance de l’entreprise », indique Leon Van Der Poel de BDC.

Préparez-vous à la nouvelle normalité

Qui dit préparation à une deuxième vague dit préparation à une pandémie future. Selon les experts des maladies infectieuses, la COVID-19 pourrait ne pas être la seule pandémie que nous traverserons au cours de notre vie. Certains des changements que vous mettrez en œuvre aujourd’hui pourraient faire partie du décor définitivement, comme la distanciation physique dans les commerces de détail et lieux de divertissement.

Même s’il se peut qu’on y échappe, cette deuxième vague semble probable. En vous y préparant, en mettant de l’ordre dans vos finances et en adaptant votre entreprise aux nouvelles réalités en ligne, vous pourrez mieux affronter la tempête.

Pour en savoir plus sur les façons de protéger votre entreprise durant une pandémie, visitez notre page de renseignements sur la COVID-19 à l’intention des entreprises ou inscrivez-vous à un programme de formation gratuit sur la gestion des risques, conçu pour vous aider à comprendre comment créer un plan pour réduire les risques d’infection.