Quatre conseils pour gérer les risques d’incendie dans le secteur de la fabrication

Temps de lecture : 8 minutes

Connaissez-vous le nombre de risques présents dans une entreprise de fabrication? Il en existe beaucoup, et certains peuvent provoquer, attiser et propager en un clin d’œil un incendie potentiellement dévastateur.

Les statistiques révèlent que 87 % des décès par incendies survenus au cours des dernières années sont liés à des feux de structures. Maintenant, pensez à un environnement industriel ou à une usine : étant donné la diversité des risques d’incendie présents et le grand nombre d’employés sur place, un plan de prévention des incendies désuet (ou l’absence d’un plan) peut entraîner de lourdes conséquences. Il est avisé de prendre le temps de revoir les mesures de sécurité incendie instaurées dans votre entreprise et aussi de mettre en place quelques stratégies judicieuses de prévention des incendies.

Pourquoi les mesures de sécurité incendie sont-elles si importantes dans une entreprise de fabrication?

En bref, parce que les enjeux sont importants, et qu’une seule flamme peut menacer l’avenir de votre entreprise. Grâce à un plan de sécurité incendie, vous pourriez contribuer à éviter des blessures graves et des dommages coûteux dans votre entreprise de fabrication.

Alors, comment faire pour prévenir les incendies industriels? Il existe d’excellents moyens pour tenir à distance les risques d’incendie, et grâce à un engagement commun à l’égard de l’amélioration de la sécurité incendie dans votre entreprise, vous pourriez réduire considérablement les risques d’incendie industriel. Pour commencer, voici quatre conseils à suivre.

1. Entretenez bien les lieux et la machinerie

Des fluides destinés au travail des métaux ainsi que des huiles et des graisses sont utilisés pour réduire la friction dans un certain nombre de procédés de fabrication. Toutefois, ces substances peuvent laisser des résidus indésirables sur les machines. Un nettoyage régulier permettra de les éliminer et, du coup, d’éviter les risques d’embrasement.

Il est nécessaire aussi de prêter attention aux espaces encombrés. Vous devez garder les couloirs, les cages d’escalier et les portes dégagés pour éviter que les gens ne trébuchent et pour qu’ils puissent les emprunter afin d’évacuer les lieux en cas d’urgence.

87 % des décès par incendies survenus au cours des dernières années sont liés à des feux de structures. tweet

Comment faire pour que tout reste à sa place? Vous pouvez dessiner des marques au sol pour indiquer l’endroit où certains objets, comme vos conteneurs de déchets, vos chariots et vos outils, doivent être remis lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

2. Créez une zone sécuritaire pour le travail à chaud

Le travail à chaud, comme la soudure, le brasage et le coupage, présente un risque d’incendie évident en raison de la flamme nue et de la chaleur intense qui s’en dégagent. C’est pourquoi les fabricants délimitent des aires pour l’exécution de ces tâches, créant ainsi une zone sécuritaire s’étendant sur une distance de 15 mètres (50 pieds) de part et d’autre de l’aire de travail.

Les employés savent que ces aires de travail doivent être débarrassées des liquides inflammables, de la poussière et des dépôts huileux; que les planchers doivent être bien nettoyés et les déchets, éliminés; enfin, qu’ils doivent se protéger à l’aide de coussinets, de couvertures et d’écrans anti-feu en plus de couvrir les matériaux combustibles et les ouvertures, dans les murs ou au sol, avec des bâches ignifuges. S’il n’est pas possible de créer un espace de dégagement de 15 mètres (50 pieds), les aires de travail à chaud sont habituellement délimitées par des barrières ou des écrans de protection pour éviter les risques liés aux activités de fabrication.

Même si des travaux de soudure ou de coupage doivent être exécutés à l’extérieur de l’aire de travail à chaud, les mêmes mesures de sécurité incendie doivent être suivies. Une bonne façon de garantir la sécurité dans ces espaces temporaires est d’exiger des superviseurs qu’ils signent des permis d’autorisation officiels de travail à chaud. Les soudeurs doivent confirmer que les gicleurs automatiques sont en état de marche et que des boyaux d’arrosage et des extincteurs portatifs sont à proximité, tout comme ils le feraient dans les aires désignées de travail à chaud.

Certains employés peuvent être affectés à la « surveillance des incendies » pour éviter les risques d’embrasement que peuvent causer les scories ou les étincelles. Cette tâche de surveillance, qui doit s’étendre du début des travaux jusqu’à 60 minutes après la fin de ceux-ci, permet également de vérifier que les machines de production à proximité, comme les convoyeurs, sont arrêtées.

On peut aussi envisager des solutions de rechange qui visent l’élimination des risques d’incendie. Par exemple, il est possible d’utiliser des cisailles hydrauliques manuelles ou des coupe-tuyaux au lieu de la chaleur pour couper le matériel et d’employer des attaches mécaniques, et non soudées, pour fixer les connecteurs.

3. Entretenez bien les gicleurs automatiques

Le potentiel d’incendie est élevé dans les entreprises de fabrication. Par exemple, des fluides hydrauliques combustibles peuvent s’échapper d’une presse à estamper ou de la poussière de papier peut s’accumuler dans le système de captage de la poussière d’un atelier d’imprimerie. Dans d’autres cas, ce sont les liquides inflammables qui peuvent causer des problèmes.

Un système de gicleurs automatiques bien entretenu constitue l’une des meilleures défenses contre les incendies. Un tel système peut faillir à sa tâche pour de nombreuses raisons. Parmi les problèmes qui peuvent survenir, on peut penser à l’obstruction d’un tuyau de distribution, à la corrosion accentuée par des microorganismes, au blocage de gicleurs causé par l’application de peinture sur ceux-ci, ou encore, aux tablettes pleines sur des palettiers métalliques qui empêchent l’eau d’atteindre le foyer d’incendie naissant.

Dans d’autres cas, le système de gicleurs n’a pas été conçu en fonction du type de risques et de l’affectation. Il est essentiel que sa conception soit adéquate afin d’assurer le bon rendement des gicleurs dans une entreprise de fabrication.

Des inspections régulières permettent de détecter et de corriger ce genre de problèmes. Planifiez une vérification des robinets principaux des gicleurs automatiques et de la pression de l’air et de l’eau au moins une fois par semaine, et vérifiez le lien avec la centrale d’alarme et testez les interrupteurs de sécurité au moins une fois par mois. Lors d’une inspection annuelle plus détaillée, un entrepreneur qualifié pourra procéder à des tests de fonctionnement des gicleurs automatiques, à la vérification des mécanismes de préaction ou de type « déluge » et à des essais de déclenchement des soupapes différentielles à air comprimé.

4. Surveillez les cabines de peinture

Certaines mesures et vérifications s’imposent pour éviter les incendies dans les cabines de peinture et les zones environnantes.

  • Les équipes de travail doivent limiter la quantité de liquides combustibles et inflammables dans le périmètre à la quantité nécessaire pour une journée.
  • Les chiffons ayant trempé dans des solvants qui pourraient s’enflammer spontanément doivent être rangés dans des boîtes métalliques homologuées ULC spécialement conçues à cet effet.
  • Les pertes de peinture à la pulvérisation doivent être nettoyées pour prévenir l’accumulation de résidus combustibles.
  • Toutes les cabines de pulvérisation de peinture doivent être équipées d’un système d’extinction d’incendie approuvé.

Pour accélérer le processus de nettoyage, il est possible de recouvrir la cabine de minces feuilles de papier qui devront être remplacées au moins une fois par jour.

Quel est votre plan d’intervention d’urgence?

Comme les choses peuvent mal tourner soudainement, vous devriez être en mesure de réagir aussi rapidement. Une liste de personnes à joindre complète et à jour peut être un outil très précieux, et vous pouvez en créer une facilement grâce à notre modèle utile. Maintenant, prenez le temps d’élaborer votre stratégie de gestion des risques d’incendie et de mettre en place un plan au cas où le pire surviendrait.