Lutter contre les incendies – Quatre conseils pour aider les fabricants à bien gérer les risques courants d’incendie

Un rapport récent de Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC) indique qu’il y a 24 blessures par tranche de 1 000 travailleurs par année dans le secteur de la fabrication. Ce taux de blessure est deux fois plus élevé que celui observé dans le secteur de l’exploitation des mines et des carrières et positionne le secteur de la fabrication au deuxième rang, derrière le secteur de la construction.

Voici quatre conseils qui vous aideront à gérer les risques courants d’incendie dans votre milieu de travail.

1. Entretenez bien les lieux et la machinerie

Des fluides adaptés au travail des métaux ainsi que des huiles et des graisses sont utilisés pour réduire la friction dans un certain nombre de procédés de fabrication. En plus de produire l’effet recherché, ces substances peuvent laisser des résidus indésirables sur les machines. Un nettoyage régulier permettra de les éliminer et, du coup, d’éviter les risques d’embrasement.

Les endroits qui servent de débarras méritent qu’on leur prête une attention particulière. Les couloirs, les cages d’escalier et les portes doivent demeurer dégagés en tout temps pour éviter que les gens ne trébuchent et, en cas d’urgence, leur permettre d’évacuer les lieux en toute sécurité. Pour ce qui est des conteneurs de déchets, des chariots et des outils, pour qu’ils soient toujours remis à la bonne place après avoir été utilisés, vous pouvez dessiner des marques au sol pour indiquer l’endroit où ils doivent être posés.

2. Installez des écrans protecteurs autour de l’aire de travail à chaud

Le travail à chaud, comme la soudure, le brasage et le coupage, présente un risque d’incendie évident à cause de la flamme nue et de la chaleur intense qui s’en dégagent. C’est pourquoi ceux qui exécutent ce genre de travaux ont généralement des aires délimitées par des écrans protecteurs s’étendant sur une distance de 10 mètres (35 pieds) de part et d’autre de l’aire de travail. Les employés savent que ces aires de travail doivent être débarrassées des liquides inflammables, de la poussière et des dépôts huileux; que les planchers doivent être bien nettoyés et les déchets, éliminés; enfin, qu’ils doivent se protéger à l’aide de coussinets, de couvertures et d’écrans anti-feu en plus de couvrir les matériaux combustibles et les ouvertures, dans les murs ou au sol, avec des bâches ignifuges.

Mais parfois, des travaux de soudure ou de coupage doivent être exécutés à l’extérieur de l’aire de travail à chaud. Une bonne façon de garantir la sécurité des travaux dans ces espaces temporaires est d’exiger des superviseurs qu’ils signent des permis d’autorisation officiels de travail à chaud. Ces permis comprennent une liste de vérification et des solutions de rechange qui visent l’élimination des risques d’incendie. Par exemple, on suggère l’utilisation de cisailles hydrauliques manuelles ou des coupe-tuyaux pour couper le matériel et d’employer des attaches mécaniques, et non soudées, pour fixer les connecteurs.

Dans les espaces temporaires comme dans l’aire désignée de travail à chaud, les travailleurs doivent aussi s’assurer, avant de commencer leur travail, que les gicleurs automatiques, les boyaux d’arrosage et les extincteurs portatifs à proximité sont en bon état. De plus, au moins un employé doit être affecté à la « surveillance des incendies » pour prévenir les risques d’embrasement que peuvent causer les scories ou les étincelles pouvant jaillir aléatoirement. Cette tâche de surveillance doit se poursuivre au moins 30 minutes suivant la fin des travaux, période pendant laquelle on doit également s’assurer que certaines machines, comme les convoyeurs, sont arrêtées.

3. Entretenez bien les gicleurs automatiques

Le potentiel d’incendie est élevé au sein des entreprises de fabrication. Beaucoup de substances peuvent alimenter les flammes, par exemple les fluides hydrauliques combustibles s’échappant d’une presse à estamper, la poussière de papier accumulée dans un système de captage de la poussière d’un atelier d’imprimerie ou encore des liquides inflammables en vrac.

Un système de gicleurs automatiques bien entretenu constitue l’une des meilleures défenses contre l’incendie.

Les gicleurs automatiques offrent une bonne protection, mais ils exigent qu’on leur prête une certaine attention pour éviter qu’ils faillissent à la tâche. Parmi les problèmes qui peuvent survenir, mentionnons l’obstruction d’un tuyau de distribution, la corrosion accentuée par des microorganismes, le blocage de gicleurs causé par l’application de peinture sur ceux-ci, ou encore, des tablettes pleines sur des palettiers métalliques qui empêchent l’eau d’atteindre le foyer d’incendie naissant.

Des inspections régulières permettront de détecter et de corriger ce genre de problèmes. Un programme d’inspection rigoureux comprend généralement la vérification des robinets principaux des gicleurs automatiques et de la pression de l’air et de l’eau au moins une fois par semaine. Il inclut aussi la vérification du lien avec la centrale d’alarme et l’essai des dispositifs de surveillance au moins une fois par mois. De plus, il comporte des inspections annuelles plus détaillées, dont des tests de fonctionnement des gicleurs automatiques, la vérification des mécanismes à préaction ou de type « déluge » et des essais de déclenchement des soupapes différentielles à air comprimé.

4. Entretenez bien les cabines de peinture

Certaines mesures et vérifications s’imposent pour assurer la sécurité des cabines de peinture ainsi que des zones environnantes et prévenir les incendies. Notamment, les équipes de travail doivent limiter la quantité de liquides combustibles et inflammables dans le périmètre à la quantité nécessaire pour une journée. L’amoncellement de chiffons ayant trempé dans des solvants constitue un risque de combustion spontanée; ils doivent donc être rangés dans des boîtes métalliques spécialement conçues. De plus, les pertes de peinture à la pulvérisation doivent être nettoyées pour prévenir l’accumulation de résidus combustibles. Pour accélérer le processus de nettoyage, il est possible de recouvrir la cabine d’un enduit facile à piler et de le remplacer au besoin.

Chaque entreprise fait face à des risques particuliers, mais les mesures comme celles que nous vous proposons peuvent aider à les circonscrire. Communiquez avec votre courtier pour organiser une rencontre avec l’équipe de Prévention de Northbridge Assurance afin d’obtenir une évaluation complète des risques auxquels s’expose votre entreprise.