Trois principaux risques pour les fermes d’élevage

Temps de lecture : 7 minutes

Quand les animaux d’élevage sont votre gagne-pain, vous devez penser à tout. Il faut bien sûr nourrir et abriter vos bêtes, mais qu’il s’agisse des outils, des machines, des mesures de sécurité ou de l’entretien régulier, tout le reste joue aussi grandement sur vos activités quotidiennes. L’ennui, c’est que dans une ferme, un seul petit pépin peut entraîner toute une chaîne de problèmes et compromettre l’ensemble de votre production en un rien de temps. De la détérioration des marchandises à l’effondrement d’un bâtiment, une catastrophe majeure peut être à deux doigts de survenir – à moins que vous connaissiez les risques et les moyens de les prévenir.

Connaissez-vous vos points faibles?

Plus une exploitation agricole est importante, plus les appareils et les produits qui entrent en jeu sont nombreux, et plus les sinistres peuvent être graves. Il y a néanmoins certains risques qui guettent les fermes de toutes les tailles; voici les principaux risques à considérer, peu importe l’envergure de vos activités.

  1. Incendie

De nature, les fermes sont plutôt propices aux incendies : le foin, la paille, la poussière et les panneaux de grange n’attendent que les bonnes conditions pour se transformer en brasier. Et en présence d’animaux d’élevage, les matières inflammables s’accumulent vite sous la forme de moulée, de litière et d’autres saletés. Il suffit alors d’un petit élément déclencheur pour qu’un bâtiment parte en fumée, par exemple :

  • des rongeurs qui grugent des fils électriques non protégés, provoquant une étincelle;
  • un radiateur électrique portatif qui surchauffe;
  • un réservoir de carburant fuyant ou brisé dont le contenu se déverse ou prend feu;
  • la combustion spontanée du foin.

Dès qu’une source de chaleur est placée sur un amas de foin ou dans une grange poussiéreuse, il y a risque d’incendie. De même, la négligence de l’entretien ou le désordre d’un espace de travail peut causer des problèmes : des résidus peuvent s’accumuler dans les appareils de chauffage au bois, et le matériel électrique utilisé dans un environnement humide peut vite devenir un danger. Avez-vous inspecté vos réservoirs de carburant dernièrement? Tout réservoir en mauvais état ou mal rangé est un incident grave en devenir.

  1. Bris d’équipement

Dans les fermes, les défauts d’équipement et les pannes de courant sont au cœur de nombreux sinistres importants. Par exemple, une ferme laitière compte sur ses réservoirs pour entreposer et conserver son produit : une panne d’électricité y entraînerait donc la perte d’une quantité considérable de lait. À vrai dire, la détérioration des marchandises est une préoccupation prioritaire pour les producteurs de lait comme pour les éleveurs de volailles, en particulier durant les canicules estivales.

Les poulaillers nécessitent généralement peu d’appareillages, mais le système de ventilation y joue un rôle primordial. L’excès de chaleur représente une menace grave, particulièrement l’été, dans les établissements qui produisent des poulets à griller. Si la ventilation mécanique ne parvient pas à faire circuler l’air dans le poulailler, celui-ci peut vite surchauffer : la totalité des oiseaux peut alors subir un stress thermique – voire mourir.

  1. Détérioration ou effondrement d’un bâtiment

Une grange est un bâtiment robuste, mais la négligence de son entretien et l’usure générale peuvent compromettre sa structure. La toiture montre souvent des signes de faiblesse, en particulier au niveau des goussets. S’ils ne sont pas inspectés et entretenus régulièrement, ces derniers se détériorent sous l’effet des substances corrosives qui s’y accumulent (l’aviculture entraîne la production d’ammoniac). Dans un tel cas, une chute de neige modérée peut suffire à les faire céder – et causer l’écroulement du toit sur les animaux et l’équipement qu’abritait le bâtiment.

Mais l’effondrement du toit n’est que l’un des scénarios possibles. Les bâtiments de votre ferme peuvent aussi être endommagés par une rupture de tuyaux – eux aussi sont sujets à la détérioration, notamment quand le mercure tombe sous zéro. Dans le cas des exploitations laitières, où la tuyauterie transporte et l’eau et le lait, le risque est particulièrement élevé. Même si un dégât d’eau n’est pas irréparable, l’interruption des activités peut coûter cher en temps et en argent.

Gardez une longueur d’avance

On n’exploite pas une ferme sans en prendre soin : faites immédiatement ce qu’il faut pour protéger vos biens et éliminer quelques soucis.

Pensez isolation et ventilation. En prêtant attention à la circulation de l’air, de l’eau et de l’énergie, vous êtes en mesure de repérer les problèmes avant qu’ils ne deviennent des dangers. Les fils électriques doivent être couverts d’une gaine rigide, et les zones de tuyauterie, maintenues à une température constante. Que vous optiez pour la ventilation naturelle ou mécanique, il est important de savoir si elle fonctionne bien : la taille des ventilateurs doit être adaptée aux dimensions du bâtiment, et il faut faire une inspection régulière pour s’assurer que les animaux ne souffrent pas d’un excès de chaleur.

Étalez votre matériel. L’entassement d’équipement peut être dangereux, en particulier lorsqu’il y a un risque d’incendie. Prenez le temps de trouver un endroit adéquat pour chacun de vos outils, appareils et produits : entreposez le grain et le foin à l’écart des animaux et de l’équipement de transformation, suspendez les appareils de chauffage loin des combustibles, et placez les réservoirs de carburant sur des surfaces stables tout en veillant à ce qu’ils ne soient pas dirigés vers les structures.

Prenez soin de votre espace. La bonne tenue de la ferme va au-delà des tâches ménagères. En plus du nettoyage ordinaire, les outils et conseils suivants vous aideront à maintenir un certain ordre, à garder vos bêtes en santé et à réduire les complications.

  • Déléguez les tâches : confiez à un professionnel l’inspection régulière des tuyaux, des appareils de chauffage au bois, des dispositifs de lutte antiparasitaire et de l’équipement électrique. Considérez aussi l’embauche d’un spécialiste pour le nettoyage périodique à la vapeur.
  • Des alarmes reliées à un système central peuvent détecter les écarts de température et vous avertir avant qu’un tuyau gèle ou que vos animaux souffrent de la chaleur. Quant aux détecteurs de substances chimiques comme l’ammoniac, ils peuvent vous alerter avant que la corrosion n’ait raison de votre toit.
  • Toute soudure ou autre forme de travail à chaud doit être réalisée avec le plus grand soin. Informez-vous des pratiques exemplaires à suivre pour ce genre d’activités dans une ferme, notamment la distance à conserver par rapport aux matières combustibles, les mesures de protection contre les étincelles, l’utilisation de gicleurs et les précautions à prendre une fois le travail terminé.
  • Vérifiez régulièrement que votre système d’alimentation fonctionne bien. Vos avertisseurs de panne de courant doivent être en bon état, et votre génératrice d’appoint, testée à plein régime. Mettez aussi une procédure en place pour la protection de votre produit en cas de bris d’équipement.

Il est toujours judicieux de garder une trace écrite de vos rondes d’entretien, du contrôle de la qualité, des programmes vétérinaires et des conditions d’expédition, mais en cas d’incident majeur, c’est l’assurance de votre ferme qui lui permettra de reprendre – ou non – ses activités. À ce chapitre, la protection Farm Choice (Choix des agriculteurs) de Northbridge Assurance prévoit tous les risques et les sinistres propres aux exploitations agricoles, et propose une longue liste d’options à choisir selon votre situation. Votre courtier d’assurance vous aidera à déterminer le type de protection dont vous avez besoin pour garder votre propre entreprise à l’abri du danger.