Tendances relatives au vol de marchandises au Canada : partie 1 de 2

Le vol de marchandises au Canada est un grave problème qui coûte à l’économie environ 5 milliards de dollars par année selon une étude réalisée par l’Alliance canadienne du camionnage. Certes, ces pertes considérables touchent directement les entreprises, les sociétés de camionnage et les assureurs, mais au bout du compte, ce sont les consommateurs qui doivent débourser davantage pour les produits.

Dans la dernière décennie, le vol de marchandises, qui était autrefois considéré comme un crime de situation, est devenu un crime plus sophistiqué et ciblé perpétré par de grands groupes criminels. Cette évolution a eu de vastes répercussions sur la société. En effet, ces groupes criminels organisés ont mis en place des réseaux de distribution pour déplacer rapidement les marchandises vers le marché noir, facilitant ainsi le financement d’organisations qui font le trafic de stupéfiants et d’armes illégales, entre autres. Étant donné la valeur élevée des marchandises transportées, le vol de marchandises est un crime à faible risque et qui rapporte gros.

Quatre tendances récentes en matière de vol de marchandises :

  1. Crime organisé : Les voleurs de marchandises travaillent ensemble en suivant les chargements de marchandises de ville en ville et en embauchant même parfois des conducteurs de véhicules utilitaires.
  2. Relais routiers : Les vols de marchandises surviennent souvent dans les relais routiers où les criminels peuvent repérer les marchandises laissées sans surveillance.
  3. Vols d’entrepôts : Les criminels ciblent les produits gardés dans des entrepôts dont la sécurité ou la surveillance est défaillante.
  4. Fausses cueillettes : Les voleurs de marchandises engagent leurs propres conducteurs pour que ces derniers fassent la cueillette de marchandises en utilisant de fausses pièces d’identité et des documents contrefaits.

Depuis le lancement du programme national de signalement de vol de marchandises (National Cargo Theft Reporting Program), une initiative de collaboration entre le Bureau d’assurance du Canada (BAC), l’Alliance canadienne de camionnage (ACC), Northbridge Assurance et d’autres assureurs et organismes d’application de la loi, on constate une volonté marquée pour la sensibilisation aux risques de vol de marchandises et l’amélioration de la collecte de données. Jusqu’à présent, on remarque que le signalement et les enquêtes se font plus rapidement et que les biens récupérés sont rendus aux victimes dans de meilleurs délais.

Quelques données sur le vol de biens :

  • Chaque jour, 500 000 $ en #marchandises disparaissent dans la région du Grand Toronto.1
  • Dans 70 % des cas, les vols sont commis du vendredi au lundi matin.2
  • Trois principaux types de produits volés : aliments et boissons, articles ménagers et de jardinage, produits électroniques.3
  • Dans 98 % des cas, les vols de marchandises sont des crimes sans violence.4
  • En 2015, le BAC a émis plus de 500 bulletins d’alerte sur le vol de marchandises.

Notre prochain billet portera sur la façon dont nous aidons nos clients à gérer les risques associés au vol de marchandises et présentera des conseils de nos souscripteurs et de nos experts en sinistres.

1 Jim Park, « Cargo Crime: Trucking’s other dirty little secret« , Today’s Trucking (27 février 2010).
2 Donald Horne, Cargo security takes a hit on holiday weekends, Insurance Business Canada (4 juillet 2014).
3 FreightWatch International Supply Chain Intelligence Center, 2013 Global Cargo Theft Threat Assessment.
4 Donald Horne, Cargo security takes a hit on holiday weekends, Insurance Business Canada (4 juillet 2014).

Articles connexes :