Une première livraison commerciale par camion semi-autonome

Même si les voitures autonomes font les manchettes depuis un certain temps, ça n’a pas empêché le tout premier camion semi-autonome de les doubler discrètement. Bien des gens pensaient devoir attendre encore quelques années avant de voir des véhicules autonomes sur les routes, mais la société Otto, établie à San Francisco, semble avoir mis fin à leur attente.

Le premier camion semi-autonome effectue une livraison

Selon WIRED, un camion-remorque contenant plus de 50 000 canettes de bière Budweiser a effectué, le 20 octobre 2016, ce qui serait la toute première livraison commerciale par camion semi-autonome. La société Otto, une filiale d’Uber qui développe une technologie pour rendre les camions semi-autonomes, a équipé ce camion de composantes matérielles et logicielles d’une valeur de plus de 30 000 $US pour effectuer la livraison.

La livraison s’est déroulée sur l’autoroute inter-États 25, dans le cadre d’un trajet de 200 km. Un conducteur professionnel a pris le volant jusqu’à ce que le camion soit sur l’autoroute, puis le conducteur a simplement appuyé sur un bouton et s’est rendu dans la couchette pour gérer le reste du déplacement à partir de là. Le camion a effectué le trajet de Fort Collins à Colorado Springs, à une vitesse de croisière d’environ 90 km/h, sans aucune difficulté.

 

Les avantages des véhicules semi-autonomes

Voici ce que la société Otto a publié le 25 octobre sur son blogue officiel :

« Dans un véhicule équipé de la technologie Otto, les conducteurs pourront se reposer pendant de longues portions d’autoroute, tandis que le camion continuera à conduire et à générer de l’argent pour eux. Quand vous verrez un camion sur la route, mais personne dans la cabine, vous saurez qu’il est très peu probable que ce camion entre en collision avec un autre véhicule, qu’il conduise de façon agressive ou qu’il gaspille la moindre goutte d’essence. »

L’amélioration de la sécurité est l’un des plus grands avantages des véhicules semi-autonomes. À l’heure actuelle, le nombre d’accidents évitables causant des blessures ou des décès demeure inacceptablement élevé, selon une étude de l’Institut d’assurance du Canada (IAC). Un récent rapport de recherche de l’IAC sur les véhicules autonomes conclut que ce type de technologie améliorera considérablement la sécurité des routes au pays.

Le rapport donne comme exemple les collisions par l’arrière et cite des données du National Transportation and Safety Board. Celles-ci indiquent que 1,7 million de collisions par l’arrière sont survenues aux États-Unis, en 2002, pour un total de 1 705 décès et de 500 000 blessures. Selon l’IAC, les avertisseurs de risque de collision et les systèmes de freinage en cas d’urgence installés sur la plupart des véhicules autonomes présentent « un fort potentiel pour réduire la fréquence et la gravité des collisions frontales ». L’erreur humaine est en cause dans environ 90% de toutes les collisions entre véhicules. Si cette variable diminue, il est fort probable que le nombre total d’accidents de la route diminue également.

Bill Cowan, formateur principal dans l’équipe Logistique du Service de prévention de Northbridge Assurance, croît lui aussi que la technologie des véhicules autonomes contribue à l’amélioration de la sécurité des routes. « L’une des plus grandes préoccupations que les constructeurs, les fabricants de pièces, les législateurs et les propriétaires de véhicules ont tous en commun, et il n’y a aucun doute là-dessus, c’est la sécurité. Grâce aux nombreuses avancées technologiques, de nature mécanique, intellectuelle ou autre, nos routes deviennent plus sécuritaires. »

L’IAC prévoit une évolution constante de cette technologie au cours des 10 prochaines années.

Les prévisions de l’IAC sur un horizon de 10 ans :

  • Les véhicules ordinaires ne devraient plus représenter qu’entre 70 et 90 % des kilomètres parcourus sur les routes canadiennes.
  • Les véhicules semi-autonomes devraient représenter entre 10 et 25 % des kilomètres parcourus sur les routes canadiennes.
  • Les véhicules autonomes devraient représenter moins de 5 % des kilomètres parcourus sur les routes publiques au Canada.

Bill Cowan est également d’avis que la technologie continuera d’évoluer, mais il croit qu’il reste beaucoup de chemin à faire. « Les constructeurs, les fabricants de pièces et les spécialistes de l’industrie disent qu’il faudra sans doute attendre plus de 20 ans avant de voir un camion entièrement autonome sur la route, c’est-à-dire un camion sans conducteur et probablement dépourvu d’une cabine et d’une couchette. Ce type de véhicule serait fort probablement réservé à des usages particuliers, ce qui signifie qu’on aura toujours besoin de conducteurs professionnels, expérimentés et bien formés pour les autres contrats. »

Les véhicules semi-autonomes présentent aussi de nombreux avantages sur les plans environnemental et économique. Actuellement, le transport routier produit presque 20% des émissions mondiales de dioxyde de carbone. La technologie employée dans les véhicules autonomes optimise les phases d’accélération et de freinage afin de maintenir une vitesse de croisière idéale et d’éviter les arrêts et les départs inutiles. En particulier, les camions semi-autonomes pourraient entraîner une réduction de 10 % de la consommation d’essence.

L’analyse du potentiel de cette technologie d’un point de vue économique révèle d’autres avantages. Une étude réalisée par le Conference Board du Canada conclut que l’amélioration de la sécurité, les économies de temps et la réduction de la consommation d’essence se traduiront par d’importants avantages économiques à l’échelle nationale. Chaque année, il se produit environ 2 000 collisions mortelles sur les routes canadiennes, et la plupart sont attribuables à l’erreur humaine. La réduction du nombre de collisions grâce aux véhicules autonomes pourrait, en plus de sauver des vies, faire épargner 37,4 milliards de dollars par année au pays.

Il est évident que ce virage technologique entraînera aussi des changements dans le secteur de l’assurance. Pour suivre l’évolution de cette technologie, consultez régulièrement notre blogue!

Le présent billet est fourni uniquement à titre informatif et ne vise pas à remplacer les conseils de professionnels. Nous ne faisons aucune assertion et n’offrons aucune garantie relativement à l’exactitude ou à l’intégralité des renseignements contenus dans le présent document. Nous ne pourrons en aucun cas être tenus responsables des pertes pouvant découler de l’utilisation de ces renseignements.